Homoparentalité I


Qu’est ce qu’une table ?

C’est un plateau avec quatre pieds. Il y a la table basse, la table ronde, la table à repasser,  il y a la table de la salle à manger de notre enfance et la table de multiplication de l’école primaire. Il y a toutes sortes de tables et chacun de nous en connait plusieurs, toutes différentes. Nous avons chacun  la nôtre,  les nôtres.Nous sommes tous d’accord sur une seule chose : sur ce qui n’est pas une table. La table est ce qui reste lorsque nous avons retiré tout ce qui n’est pas une table.

Le langage constitue un système au sein duquel les mots se combinent et évoluent d’une façon qui s’impose à ceux qui la manient. Le destin de notre inconscient est de s’exprimer par ce langage, celui-ci témoignant de celui là.

Notre pensée articule les mots avec des images ou des concepts prenant en compte le contexte, notre bio et nos affects associés. Ce qui reste prédicatif et universel est le principe de différenciation entre la table et la non-table.

Il en va de la même façon, ô combien, pour le genre. La différenciation des sexes, entre féminin et masculin, est un invariant mental et l’irénisme inter- genres occupera ensuite notre psyché. Nous en avons tous fait l’expérience lorsque nous avons tenté d’interpréter un de nos rêves. Nous avons substitué tel personnage du rêve à notre mère, ou à notre père ou à notre conjoint, en associant par sexe.

Enfant, on m’expliquait que les garçons naissaient dans les choux.  J’ai refusé, pas dupe, cette explication, peut être  parce que je détestais les choux. Aussi parce que  j’avais intuité à regarder ma mère et mon père, que tout s’était passé par là.

L’angoisse de castration procède de cette différenciation des sexes et le complexe d’Oedipe n’est qu’une contingence d’aménagement. Sans cette peur de la castration,  la construction psychique échoue.

L’enfant adopté d’une famille homoparentale n’échappera pas à cette convention psychique.  Le biologique est un indépassable. L’enfant  n’acceptera sa condition que s’il s’approprie cette combine qui a consisté à faire intervenir une personne tiers dans sa conception. Ce tiers, au titre de la différenciation des sexes,  est incontournable à sa construction mentale.

Un enfant se construit par et pour  le désir de ses parents, il n’est d’abord qu’un projet porté par d’autres, son père et sa mère, eux-mêmes ayant été reconnus, soutenus  par un couple d’autres, la grand-mère et le grand-père. Que le père soit déficient, que la mère soit morte n’exonèrent pas l’enfant de ce schéma. Il se pense dans une lignée. Les enfants nés sous x (é)prouvent  cette claudication mentale.

C’est à ce titre que je ne crois pas à un enfant avec deux papas ou deux mamans, le tiers est furieusement capital. La nature est extrêmement réactionnaire sur ce sujet. Notre inconscient refuse non par moralité, comme nous le donneraient  à  penser les oppositions des églises, mais par substance. L’inconscient est amoral ;  lorsqu’il exige la différenciation des sexes, il ordonne que le monde réel lui soit intelligible, que ses fictions soient plausibles.

Il me semble.

Publicités

4 Replies to “Homoparentalité I”

  1. Drôle de mélange de notions très basiques (la table, franchement, je vois pas bien..) et de langage complexe. Je m’y suis un peu perdu..

    Tout d’abord, la table. Ça surprend. Par ailleurs je ne partage pas du tout l’affirmation suivante : Nous sommes tous d’accord sur une seule chose : sur ce qui n’est pas une table. La table est ce qui reste lorsque nous avons retiré tout ce qui n’est pas une table. Non et non. On n’est pas tous d’accord sur ce point, ni sur ta définition (plateau à 4 pieds). j’espère que, comme moi, beaucoup de personnes pensent que certains objets peuvent être utilisés comme table, loin de leur destination initiale. l’imaginaire me semble vital. L’exemple de la table ne me semble donc pas bon. d’ailleurs, comme le dit Magritte :

    [cid:image001.jpg@01CDBCD1.7822B660]

    « Le langage constitue un système au sein duquel les mots se combinent et évoluent d’une façon qui s’impose à ceux qui la manient. ceux qui manient quoi ? Le destin de notre inconscient est de s’exprimer par ce langage, celui-ci témoignant de celui là. » de qui?
    Je suis volontairement basique un peu trop basique mais quand même, le langage abscons est-il une règle d’or chez les psy ?????

    Le dernier paragraphe sauve le tout . Enfin il me semble…

    1. De toute façon en éradiquant l’Oedipe ou la réalité (le diamant de la construction psychique), il ne reste plus que deux voies: la perversion et la psychose. Magritte était aussi un grand pervers connu pour sa méchanceté et des faits de viol (un livre peu connu a été écrit sur le sujet). Toute rencontre entre oedipiens (opposés à l’homoparentalité) et pervers, psychotiques ou indécis est quasi vouée à l’échec. Les opposants peuvent juste se montrer fermes. Il y va de la crédibilité de leur formation.

    2. Les homosexuels ne sont pas conscients que la loi autorisant l’homoparentalité va définitivement se retourner contre eux. En Belgique ou la loi a été adoptée, le nombre de faits homophobes est en constante augmentation (dont des meurtres). L’homosexuel pour exister a besoin de se confronter à la loi. En tentant de rentrer dans la normes, les homosexuels sont en train de suicider. La loi sur l’homoparentalité est en fait une loi homophobe qui tentent de nier la différence et la particularité que constitue l’homosexualité, qui se définit elle-même par rapport au modèle hétérosexuel. De le perversion, qui est un défi par rapport à la loi paternelle (nous avons tous une composante perverse), les familles homoparentales vont régresser dans la psychose.

  2. En Belgique, la loi sur l’adoption par des familles homoparentales comme vous n’êtes pas sans le savoir a été votée. Si certains y voient une évolution.,d’autres cherchent celle-ci. La Belgique ne s’est portée aussi mal et semble souffrir des mêmes problèmes que ceux auxquels seront confrontés tout enfants élevé dans une famille homoparentale montée des populismes et de l’extrême-droite flamingante). Absence de repère historique et généalogique stable, identité incertaine, avenir flou. Tout enfant a besoin de limites qui l’aideront a construire sa personnalité (se structurer). La différence sexuelle est la première de ces frontières. Je suis une fille ou un garçon. La deuxième est liée à l’origine (je suis la fille ou le fils de telle mère ou père qui m’ont conçu dans un acte de procréation que je peux me représenter et me rassure sur ma fondation).Troisièmement, en tant que fils de mon père ou fille de ma mère, je peux me réprésenter dans l’avenir, étant directement identifié à mon parent de même sexe, mais également dans sa complexité également au parent de l’autre sexe que j’identifie en contraste (je tiens telle particularité de ma mère, son intérêt pour autrui et de mon père, son insatiable curiosité intellectuelle et ceci en complémentarité). Ces modèles familiaux ont participé à la construction de notre société. Ils sont partout présents, dans la nature et la culture. Que serait la politique sans une gauche et une droite ? En accédant aux délires d’un petit nombre de la société, c’est toute son architecture qui est remise en question. C’est poser un acte qui engage le futur de nos sociétés. En 1974, sortait un film prémonitoire : Cabaret qui illustre à merveille (le film est excellent) la confusion des genres et la sacralisation de toutes les perversions dont l’adoration de l’argent, prémices de la montée du nazisme. Allons-nous consciemment prendre le risque d’accepter sans résister de voir notre société basculer à nouveau dans l’horreur. Pourtant les signes sont là, manifestes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s