Peut mieux faire!


Cette phrase, combien de fois l’avons-nous entendue lors de notre scolarité puis durant la scolarité de nos enfants. Mais comment le sait-il, ce professeur, que nous pouvons mieux faire? Si vous l’interrogez, il dira en détenir la preuve. Il vous a déjà délivré une bonne note. Il se souvient de vous alignant un raisonnement juste et brillant. Et pourtant, à la fin du trimestre votre bulletin de notes n’est pas au niveau de l’idée que ce professeur avait imaginé et l’assertion tombe en bas à droite dans la case avis du conseil de classe : peut mieux faire.

Lors de la remise d’une bonne copie, le prof vous dit simplement: « C’est parfait ». La perfection n’exige pas d’explication. Il pense « Il n’y a rien que je changerais dans son exposé. Il a organisé le matériel comme je l’aurais fait, utilisé les images et concepts comme je l’aurais fait. Il a présenté l’exposé exactement de la même façon que je l’aurais fait ». Par une anthropométrie toute personnelle, il jauge à sa mesure.

Lors de la remise d’une mauvaise copie, le prof pense « Il m’a déçu » et vous dit « Je pense que vous n’avez rien compris ou que vous n’avez fait aucun effort. Vous auriez pu faire mieux ». La déception est grosse d’un besoin de description, d’explication.


Peut-on faire mieux?

Oui, nous pouvons toujours faire mieux. Lorsque Fosbury invente sa technique de saut en hauteur, il fait mieux et ses successeurs feront encore mieux. Nous aurions préparé notre travail plus longtemps avec de meilleurs prescripteurs, sans ce maudit rhume qui nous a embrumé l’esprit tout le dimanche, ou cet ami qui nous a téléphoné de longues heures, nous aurions fait mieux. Nous aurions eu le droit à trois essais, comme dans une compétition sportive, nous aurions fait mieux. Pouvoir faire mieux n’est qu’une tautologie à la manière du célèbre slogan : 100 % des gagnants ont tenté leur chance. Cette déclaration, car elle est une évidence, posée par un maître plein d’assurance, nous agace.

Cette déception procède de quel espoir?
La façon dont un professeur enseigne sa matière, la logique qu’il utilise, les exemples et les analogies qu’il emploie lui sont personnels. Un élève dont les modes de pensée et les processus y ressemblent sera probablement un excellent élève. Cet élève sera capable d’anticiper et de répondre aux questions du professeur. Cela ne rend pas l’étudiant excellent mais simplement mieux adapté au style d’enseignement de son professeur. La déception du professeur émergera par un retrait de l’adéquation. Mais cette adéquation s’origine dans le désir de l’enseignant et non dans une créance de l’étudiant. Elle est labile. L’un ne sera pas toujours mécaniquement dans le sillage de l’autre. La dyade professeur-étudiant se modifie sans cesse.
Car, Dieu merci, nous sommes tous différents.

Publicités

2 réflexions sur “Peut mieux faire!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s