Le sujet ne s’approprie jamais autant son corps que lorsque celui-ci cesse de lui appartenir totalement.

 

 

Traiter le psoriasis et l’eczéma par la psychanalyse.

Le psoriasis attaque chaque parcelle de l’épiderme; ses attaques n’ont pas vocation à détruire mais à surproduire. Le psoriasis ne dévore pas l’épiderme mais suractive le renouvellement naturel des cellules de l’épiderme. Près de 3 millions de français ont déjà été concernés par des épisodes de psoriasis et l’hérédité n’est qu’une cause anecdotique dans la multi-causalité de cette affection de la peau. Le corps alerte l’individu au travers de différentes zones supposées investies ou pas : cuir chevelu, mains, coudes, genoux, parties génitales… Des plaques rouges et blanches, représentant respectivement afflux sanguin et cellules mortes, croissent et provoquent de fortes démangeaisons qui rendent parfois le quotidien insupportable, à minima nuisent à la qualité de vie.  Les traitements proposés par les médecins dermatologues n’ont pas la prétention de guérir la maladie mais d’en masquer les symptômes. La peau peut être soumise à des expositions de rayons UV A ou UV B, des crèmes peuvent également être appliquées afin de faire disparaître les manifestations du psoriasis.

En France, l’eczéma est réaction corporelle qui atteint 18% de la population. Ce trouble est une affection de la classe des dermatoses, c’est une maladie de peau. La plupart des gens qui souffrent d’eczéma rencontrent un médecin dermatologue. Bien souvent, ces derniers ont pour habitude de prescrire des crèmes qui visent à apaiser ses manifestations mais malheureusement, cela ne permet pas de soigner l’eczéma.

Traiter le symptôme est incontournable. Lorsque le feu s’étend, il ne sera éteint que par des lances à incendie. Parallèlement il faudra mener l’enquête pour identifier celui qui joue aux allumettes. Un accompagnement psychologique enquête sur cet incendiaire et ainsi  répond à celui qui souhaite soigner les causes du psoriasis ou de l’eczéma. Ce corps qui s’attaque lui même par un clivage agresseur/agressé nous impose de nous en remettre à l’inconscient. Le corps est une vaste entreprise dans laquelle tout élément a trouvé sa fonction, où toute fonction a trouvé son organe. Les uns protègent, produisent, transfèrent, les autres combattent, s’arment, rejettent tout parasite. Cette organisation a pour but de maintenir le corps en bonne santé. Dans un corps atteint de psoriasis/ezcéma, une partition s’opère, une partie organise les attaques qui proviennent de l’intérieur.  Et chaque poussée de stress alimente l’ennemi. La psyché héberge cette partition entre l’allié et l’agresseur. Le malade est à la fois son agresseur et son soignant. la psychanalyse remontera le cheminement psychique jusqu’au moment où il fut décidé inconsciemment de « jouer avec les allumettes »

 

Traiter l’obésité ou l’anorexie par la psychanalyse.

La psychanalyse s’intéresse aux troubles alimentaires en tant qu’un symptôme qui fait souffrir. Si le patient présente des maladies organiques liées à son poids, elles ne sont que la conséquence d’un manger trop  ou trop peu.  Le fait de manger de la nourriture jusqu’à ressentir une certaine lourdeur est, bien entendu, recherché. Comme celui de refuser la nourriture. La visée de ce comportement est toujours la décharge d’une tension vécue comme une angoisse. Celle-ci provoque une tension corporelle insoutenable, comme en témoigne la clinique des addictions. Le symptôme a toujours une utilité dans l’économie psychique; il permet, jusqu’à un certain point, de se constituer, de soutenir son existence, parfois d’opportunément s’essentialiser. Les  tentatives d’offensives contre le symptôme comme la rééducation et les techniques comportementales peinent à résoudre définitivement le problème.

C’est quand cette solution symptomatique ne tient plus, quand les conséquences deviennent dangereuses, y compris pour la santé, que la personne qui souffre de troubles alimentaires se tourne vers la psychanalyse pour trouver une aide au  détricotage du symptome et de ses justifications inconscientes.

Publicités